Robert Guyon* me fait parvenir ces extraits, traduits de l'Espagnol, d'un guide destiné aux émigrants édité en 1912 par la Compagnie des Chargeurs Réunis. On se demande vraiment pourquoi certains se ruinaient en billets de 1ère classe.
*Robert Guyon. Echos du bastingage. Les bateaux de Blaise Cendrars. Editions Apogée.      
                                                                                                                                             
Pierre Escaillas.


guide_de_l_emigrant


GUIDE DE L'EMIGRANT A BORD DES VAPEURS DE LA COMPAGNIE DES
CHARGEURS REUNIS

MALTE, CEYLAN et OUESSANT
(1912)

pavillon_Chargeurs

(Extraits, traduits de l'Espagnol. Les mots en italiques l'étaient dans le texte original)

Ce qui fait du Malte, comme de Ceylan et Ouessant, un bateau vraiment exceptionnel pour les passagers de troisième classe, ce sont leurs installations. Nous attirons l'attention des passagers sur ce point qui les intéresse au premier chef. Les passagers de 3ème sur ces bateaux n'ont pas leurs couchettes en entrepont comme c'est l'habitude mais dans trois ponts extérieurs.

(...) Il ne s'agit plus de descendre par d'étroits et dangereux escaliers dans la pénombre au milieu d'une atmosphère terriblement raréfiée et malodorante. Sur les ponts principaux, couverts, sont ici installés près de 600 couchettes qui reçoivent lumière et air par de larges ouvertures. Tout ici est grand, commode, spacieux.

guide_emigrant
Reproduction noir et blanc de la couverture originale du "Guia del migrante"
Photo coll. Robert Guyon

Les passagers disposent de trois salles à manger installées sur les ponts : une intérieure et deux extérieures mais couvertes. Dans les trois salles à manger il y a des tables et des bancs, ce qui représente un immense avantage. C'en est terminé d'être assis à même le sol, dans une posture incommode, pour manger ; tous les passagers pourront s'asseoir commodément devant de grandes tables propores. Ceux qui n'ont jamais voyagé ne se rendront peut-être pas compte de l'immense bénéfice que cela représente ; ceux qui onr déjà l'expérience de la traversée de l'Europe vers l'Amérique vous diront toute l'importance que ça représente.

Il y a en plus, au niveau du troisième pont, des cabines "préférentielles" de 8 couchettes avec salle à manger et toilettes indépendantes, pour un supplément de 25 pesetas.

formose_1
S/S Formose. Ponts embarcations et promenade. La cabine n°6 était occupée par Blaise Cendrars lors de son voyage au Brésil de 1924. Plan coll. Robert Guyon. Cliquer pour agrandir.

formose_2
ponts chateau et supérieur. La 3ème classe supérieure est représentée mais pas la 3ème classe "émigrants"...Photo coll. Robert Guyon. Cliquer pour agrandir.

Ces ponts offrent aux passagers de magnifiques promenades, entièrement couvertes, d'une superficie totale de 700 mètres carrés. Pour un prix modique on peut louer des chaises-longues pour la durée de la traversée.
Les voyages au départ de Vigo, dont l'itinéraire est fixé depuis le 1er juillet 1912, feront la traversée Vigo Buenos-Aires en 17 jours avec escale à Santa Cruz de Tenerife ou à Dakar et à Montevideo. (...)

Si à tous ces avantages inappréciables on ajoute la manière excellente dont sont traités les passagers, comme ils le reconnaissent unanimement, nous ne doutons pas de leur prédilection pour nos vapeurs. (...)

La question de la rapidité et de la commodité des voyages étant résolue favorablement, la Compagnie des Chargeurs Réunis pense s'être placée en première ligne et être en condition d'offrir aux passagers de 3ème classe toutes les commodités compatibles avec le progrès des temps modernes.

Belle_Isle__Cie_Chargeurs_R_unis


Documents exigés à Vigo pour pouvoir embarquer vers l'Amérique

(La liste de ces documents est trop longue pour être citée intégralement. Je n'en retiens que quelques points saillants ou surprenants).

Pour les hommes :

1 - Les mineurs de moins de 14 ans révolus doivent présenter une autorisation parentale signée et un extrait d'acte de naissance.
2 - Tous doivent être strictement en règle par rapport à leurs obligations militaires.
3 - Les hommes mariés de moins de 23 ans n'ont pas besoin d'un permis signé de leurs parents, mais ils devront produire leur certificat de mariage signé du juge municipal.
4 - Les couples sans enfants, idem.
5 - Pour les couples mariés avec enfants, il suffira qu'ils produisent le certificat de naissance des enfants pour preuve de leur mariage.

Pour les femmes :

Les femmes majeures de 25 ans devront présenter :
- Un certificat de naissance
- Si elles sont célibataires, un certificat signé du juge municipal certifiant qu'elles le sont. Veuves, idem.
- Si elles sont mariées :
- Un certificat de mariage
- La permission écrite de leur mari s'il n'embarque pas avec elle, signée devant le juge municipal.
- Si leur mari se trouve en Amérique, un certificat du juge attestant qu'elles embarquent pour le rejoindre.

Dans tous les cas les passagers majeurs de 14 ans auront à produire leur carte d'identité individuelle et une attestation de casier judiciaire vierge.

Embarquement et installation à bord

Groupes de cantine ("Ranchos")

Une fois monté à bord le passager recevra un numéro correspondant à la couchette qu'il devra occuper et le numéro d'ordre de son "groupe de cantine" ainsi que la couverture qu'il devra installer sur sa couchette.

Le passager se dirigera vers sa couchette et y déposera ses effets personnels et la couverture. Tout de suite après il se mettra à la disposition des officiers et garçons de service espagnols pour constituer les groupes de cantine.

entrepont_emigrants

Chaque groupe de cantine est constitué de dix personnes, cela de manière générale. Le passager qui a le n°1 doit se joindre aux neuf autres passagers ayant le même numéro; le n°2 avec les neuf autres ayant le n°2 et ainsi de suite. Qu'il soit clair que ces groupes ne sont constitués que pour la durée des repas. Le reste du temps le passager est indépendant du reste du groupe et peut vaquer librement à ses occupations.

Ustensiles de chaque groupe de cantine

Chaque groupe reçoit à bord les ustensiles suivants : une gamelle creuse et une plate, un pichet pour le vin, assiettes à soupe, asssiettes plates, couteaux, fourchettes, cuillères et verres. Tous ces couverts sont en fer blanc étamé.

Après le repas, chaque groupe de cantine désignera chaque jour un de ses membres, de manière tournante, pour débarasser les couverts et nettoyer la table; il aidera à la plonge et rapportera les ustensiles au groupe auquel il appartient.

Composition des repas des passagers de 3ème classe

Les repas sont abondants et préparés par des cuisiniers espagnols sélectionnés par nos soins avec beaucoup d'attention.
Sur présentation d'un certificat médical, les enfants en bas âge pourront recevoir du lait.
A la cantine du bord les passagers pourront trouver, à prix modiques, bière, limonade, tabac, sardines en boite, chocolat et articles de mercerie.

L'Hygiène

La Compagnie des Chargeurs Réunis n'a reculé devant aucun sacrifice pour que ce service réponde aux prescriptions de la Science et aux besoins et raffinements de la vie moderne. La literie, installée dans d'amples locaux, est en fer galvanisé. La lumière et l'air - les deux éléments les plus nécessaires à notre santé - entrent à flot par de larges ouvertures et de grands hublots. En plus tous nos bateaux sont dotés de ventilateurs mécaniques qui contribuent efficacement à une meilleure aération des espaces occupés par les passagers.
Les hommes et les femmes dorment dans des locaux séparés. Chacun de ces locaux possède lieux d'aisance et cabinets de toilette indépendants, proches des dortoirs pour une meilleure commodité. Ils sont à profusion et ne laissent rien à désirer. Il y a aussi des bains et des douches.
Le nettoyage et lessivage des ponts et des locaux des passagers sont effectués autant de fois par jour qu'il est nécessaire par les matelots et garçons de service, qui utilisent pour un meilleur résultat de puissants désinfectants. Mais le passager, car il en est le premier affecté, a tout intérêt à collaborer à cette tache de nettoyage et de défense personnelle et collective, en évitant de souiller les lieux où il se trouve, par des crachats au sol, des peaux d'oranges, des pelures de pommes de terre ou toute autre ordure. Il convient d'insister sur ce point pour deux raisons : parce que la santé et même la vie du passager ainsi que la bonne renommée de la Compagnie sont en jeu. Les efforts et les sacrifices que les compagnies de vapeurs font pour maintenir à bord de leurs bateaux une hygiène parfaite ne serviraient à rien si les passagers ne prennent pas de leur côté des habitudes de propreté et sont réfractaires au nettoyage. Les toilettes et les urinoirs, tous avec l'eau courante, ne servent plus à rien si les passagers ne savent pas s'en servir et par maladresse ou grossièreté, les maculent, les souillent, les détériorent. De bien peu d'utilité sont les lavoirs à linge si les femmes et les hommes ne lavent pas fréquemment leur linge de corps. Il ne sert à rien d'installer des lavabos si tous, hommes, femmes, enfants ne profitent pas de l'avantage qu'ils offrent. Et de même pour les bains et les douches.

Plus que tous ces progrès inventés par la civilisation pour le développement de l'hygiène et de la propreté le principal est le facteur homme. On ne fera plus cas de ces réclamations, fréquentes et injustifiées, de passagers qui se plaignent de l'état de malpropreté des navires quand ce sont eux-mêmes les uniques coupables et responsables de la saleté qu'ils dénoncent.

Les passagers ont à leur disposition de l'eau en abondance et tout ce qu'il faut pour obtenir une propreté parfaite. La Compagnie des Chargeurs Réunis a fait son devoir : aux passagers d'en faire de même.

La désinfection

Le service d'hygiène à bord des paquebots de la Compagnie des Chargeurs Réunis ne serait pas complet s'ils ne disposaient pas d'une magnifique étuve de désinfection, du modèle le plus moderne et perfectionné. En quelques heures on peut désinfecter les vêtements de plusieurs centaines d'émigrants. Elle est prête à servir en quelques minutes et son fonctionnement est très simple.

Assistance médicale

Tous nos vapeurs ont un médecin de langue espagnole à bord. Il y a consultation tous les matins selon des horaires indiqués et tous les passagers qui en ont besoin peuvent s'y rendre. Ce service est totalement gratuit.

infirmerie


Infirmeries du bord

On peut affirmer sans exagération que la Compagnie des Chargeurs Réunis a mis tous ses efforts pour réaliser une parfaite installation des cabines de l'hôpital du bord. Elles sont installées à la poupe des bateaux, à grande distance des dortoirs des passagers. Il y a quatre cabines : deux pour les hommes, dont une réservée aux maladies infectieuses et deux pour les femmes, de la même manière. Le personnel infirmier dort dans des cabines contigües. Les deux groupes de cabines posèdent chacun, de manière indépendante, de magnifiques water-closets (cabinets inodores), d'urinoirs et de baignoires et douches avec eau chaude et froide. Dans une pièce proche se trouve le cabinet du médecin et la pharmacie.
Les vapeurs de la Compagnie possèdent tous les instruments chirurgicaux recommandés par les Instructions. Achetés dans les meilleurs établissements de France, ils permettent d'assurer avec succès les pérations les plus risquées et difficiles.

Eau douce

Le capitaine indiquera les heures du jour où les passagers auront à leur disposition de l'eau douce pour laver.

Garçons de service

Sur chaque vapeur de la Compagnie des Chargeurs réunis embarque le nombre de garçons correspondant aux besoins du voyage. Leur service à bord consiste à :
- Préparer et arranger les installations des émigrants.
- Laver et nettoyer constamment les ponts et les intérieurs des émigrants. Maintenir l'ordre, la discipline et la moralité dans les locaux destinés aux émigrants.
- Surveiller la bonne distribution des rations données par la cuisine et les cambuses.
- Laver, après chaque repas, les couverts et les assiettes des émigrants.

Télégraphie sans fil

station_radio

   

Cet important progrès ne pouvait manquer sur les vapeurs d'une compagnie qui aspire à satisfaire tous les besoins de sa nombreuse clientèle et à obtenir la préférence des passagers.
La télégraphie sans fil est en cours d'installation sur les vapeurs Malte, Ceylan, Ouessant et sur la plupart des autres.

REGLEMENT

Pour la plus grande sécurité et commodité de tous, il est formellement interdit de :
1. Fumer en tout autre lieu que le pont du navire, jeter des cigarettes allumées et mégots ailleurs qu'à la mer.
2. Ecrire ou graver avec quelque instrument que ce soit toute surface à bord, tables, parois, etc.
3. Jeter au sol les restes de nourriture ou les épluchures.
4. Monter sur le pont son matelas de jour comme de nuit.
5. Faire du bruit ou jouer d'un instrument après neuf heures et demi du soir.
6. Organiser des jeux de hasard interdits par les lois françaises, espagnoles, brésiliennes et argentines.
7. Gaspiller l'eau douce.
8. Pénétrer, sous aucun motif, dans les locaux réservés aux femmes seules.
9. Passer à proximité des mâts de charge et des écoutilles pendant les opérations de chargement ou déchargemet et pendant le charbonnage.

Tout passager qui emportera les objets de table ou de literie ou quelque autre objet appartenant au navire, les détériorera ou détruira volontairement, aura à payer les dégâts causés et sera passible des peines que la loi prévoit.

Les passagers devront en outre :
1. Obéir scrupuleusement aux ordres donnés par le capitaine et les officiers, qui n'ont d'autre objet que de garantir la sécurité de tous et la tranquillité de chacun.
2. Suivre les prescriptions du médecin pour tout ce qui concerne l'hygiène à bord et les lois sanitaires.
3. Suivre les conseils des matelots et des garçons de service chargés de veiller  l'ordre et à la propreté du bateau.
4. Présenter, chaque fois qu'il sera demandé, le numéro de literie et de couverts qui lui ont été remis au moment de l'embarquement.
5. Formuler auprès du capitaine, lors de la visite d'inspection quotidienne, toutes les pétitions et réclamations qu'ils croient être en droit d'exprimer.

LOIS QUI EMPECHENT DE DEBARQUER LES PASSAGERS
A RIO DE JANEIRO, MONTEVIDEO ET BUENOS AIRES

Fous, criminels, malades
Sont interdits de débarquement dans tous ces ports les fous, les idiots, les vagabonds et les criminels ainsi que les personnes atteintes d'alopécie ou de maladie aux yeux (conjonctivite et trachome), les phtisiques ou les personnes d'aspect maladif; enfin toute personne présentant un défaut physique comme les manchots*, les bossus, etc.

Sexagénaires
De même est strictement interdit le débarquement des personnes agées de soixante ans et plus à moins qu'elle ne rejoignent leur famille ou ne soient accompagnées d'un enfant mâle et majeur.
Par conséquent, la Compagnie des Chargeurs Réunis n'acceptera à l'embarquement aucun passager de plus de 60 ans s'il n'est muni d'un certificat du Département d'Immigration du port d'arrivée l'autorisant à débarquer.

Femmes seules avec enfants en bas âge
Elles seront interdites de débarquement à Buenos Aires, à moins de prouver qu'elles rejoignent leur mari ou d'autres personnes de leur famille.

*Robert Guyon rapporte que lors de son débarquement du Formose des Chargeurs Réunis à Santos en 1924 Blaise Cendrars, mutilé de guerre amputé du bras droit, eut quelques problèmes avec les autorités brésiliennes : il était heureusement l'invité du "Roi du café" Paulo da Siva Rado et attendu sur le quai par les poètes du mouvement "modernista". Tout s'arrangea rapidement et Cendrars put débarquer.
Robert Guyon. Echos du bastingage, les bateaux de Blaise Cendrars. Editions Apogée.

Et toujours "Débarcadères" : http://debarcaderes.over-blog.com/