18 octobre 2006

ESCALE A MADERE.

PACIFIQUE SUD. Déchirante, douce et lointaineIsolée entre toutes les îles,Tahiti, Tahiti-Nui,Tatouée sur nos coeurs avec des aiguilles de nacre.Louis Brauquier. Page 1. Madère.    Bien que ce fût interdit, elle se tenait au bas de l'échelle de coupée, une fleur à l'oreille, attendant l'embarcation qui effectuait la navette entre le bord et la terre.Je l'avais remarquée à la salle à manger. Sa table n'était pas très éloignée de la notre mais, de ma place, je ne voyais que son profil. Quelques regards... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2006

L'OCEANIEN.

PACIFIQUE SUD.  Page 2.    Les paquebots de la ligne du Pacifique appareillaient de Marseille à seize heures et, à l'heure dite, quelques jours auparavant, l'OCEANIEN avait commencé à larguer ses amarres puis, halé par ses remorqueurs, il s'était lentement éloigné de son poste du Cap Janet. Il avait doublé la jetée, débarqué son pilote et mis le cap sur Alger première d'une longue série d'escales qui jalonnaient la ligne du Pacifique sud. Photo Jean-Marie Pate. Après Alger il y aurait Madère puis Fort de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2006

L'OCEANIEN, suite.

PACIFIQUE SUD. Page 3.       Tortora, le Commandant, se passionnait pour l'histoire du Ier Empire. Incollable sur les grandes batailles napoléoniennes et la liste des Maréchaux, il tenait en piètre estime son Second, le doux Bandiera dont la seule passion paraîssait être la culture du basilic qu'il pratiquait dans un grand baquet, sur la passerelle supérieure. En aparte Tortora le traitait de merluche, sauf le jeudi, jour des pâtes au basilic dont il raffolait.     ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2006

EN ROUTE POUR PANAMA.

      Maï avait envahi ma vie et ma cabine. Ma vie, oui, c'était bien. Mais la cabine me donnait l'impression, lorsque je descendais du quart, d'être le tane qui rejoint son fare au retour de la pêche : elle avait tapissé les cloisons de pareos et de colliers de coquillages qui s'entrechoquaient au moindre coup de roulis et recouvert le sol de nattes qui se dérobaient sous les pieds. Par chance elle n'avait pas trouvé de pandanus pour le plafond.       A Fort-de-France nous étions allés... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2006

PAPEETE.

PACIFIQUE SUD.           Taï-O-Hae était la dernière escale avant Papeete. A cheval, Maï et moi étions allés rendre visite à l'Evêque des Marquises. En guise de bénédiction ( mais je n'en suis pas certain ) il nous offrit d'énormes pamplemousses juteux et sucrés à souhait. Au retour, il fallut se ranger pour laisser passer la voiture de l'île : c'était celle du gendarme.       Comme d'habitude le quai de Papeete était noir de monde. Pas vraiment noir : plutôt un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 18:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]