Petites scenes de la vie d'un marin au long cours dans les années 60 et 70 à bord de navires des Messageries Maritimes
22 février 2008

MESSAGERIES MARITIMES : CARNET D'ADRESSES

Mémoire au double front, inventrice infidèleQuand je me souvenais de MaracaïboOù je ne suis jamais allé de mon vivant.Si bien que maintenant, ces ports où j'ai cru vivreJe ne suis plus très sur de les avoir connus.                                  Louis Brauquier.                                 ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 17:54 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

22 février 2008

MAIS QUI EST MON TAILLEUR ?

     Est-ce Monsieur Luong-Nam qui, tailleur au 13 de la rue Nguyen-Van-Thin, me fournissait en uniformes de toile blanche et costumes légers ? Ou alors Monsieur Ha-Xuong qui, lui, exerçait au 14 de la même rue. Ou peut-être encore la Maison Brother's Fashion de Natham Road à Kowloon, Hong-Kong ? Le mieux est de vérifier sur une tenue, dans la cantine.L'étiquette dit : Poh-Tai, Ship's Tailor, Singapore. Curieux, car dans mon souvenir, mon tailleur... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 17:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 février 2008

QU'EST-CE QU'ON MANGE ?

    Pas de trou de mémoire pour le restaurant Duy-Ban de Dakao, faubourg de Saïgon. Ses "deux étoiles" ne lui avaient probablement pas été décernées par Michelin qui, au Vietnam, se préoccupait plus des plantations d'hévéas que des restaurants. Cependant la cuisine, tant vietnamienne que française, était d'un bon niveau. Bien sûr le Chateaubriant était à base de zébu, mais c'est très bon le zébu.Cuisine par Maître Queux Ban, dit sa carte. S'agit-il du Maître-queux Ban ou du Maître Queux-Ban ? Avait-il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2008

LES PETITES CAILLES DE CHARLIE.

   Cliquer sur les images pour agrandir    Avec cette promenade à travers la cuisine saïgonnaise me revient le souvenir de Charlie. Dans sa vieille Citroën traction avant il m'emmenait manger des cailles chez Alain, un Hindou de Bien-Hoa, dans les faubourgs de Saïgon.Au dessert, Alain nous proposait un autre genre de caille : des jeunes filles qu'il nous présentait comme "quasiment vierges" ou "à peine déflorées"... Je n'ai jamais su ce qu'il entendait par "quasiment" et "à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2008

SAN ANTONIO A SAÏGON

   La librairie Khai-Tri était située sur le boulevard Lê-Loi, l'ancien boulevard Bonard de Saïgon. On y trouvait encore, malgré l'envahissement de la littérature anglo-saxonne, de nombreux ouvrages en français. Mais ce qui m'intéressait le plus dans cette librairie était le fait qu'on y reliait, à coût vraiment modique, les livres que j'amenais par pleins cartons lors de chaque touchée à Saïgon.Les "classiques" avaient droit à une reliure pleine et noire. Reliure pleine également pour les ouvrages d'histoire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2008

THEATRE A SINGAPOUR

   La Maison YEU LIAN Trading & Co. du 201 Anson road, à Singapour, avait eu la bonne idée d'imprimer un plan au dos de sa carte, me permettant aujourd'hui de la situer plus précisément. La boutique vivait du port dont elle était toute proche. Elle proposait tout ce qui est absolument nécessaire à la vie du marin au long cours : article de pêche, services à thé ou à café...et même à opium (opium stools dit la carte), tapisserie, malles en camphrier, poupées, salons en rotin et ainsi de suite.   La Gate... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 février 2008

PENANG-HILL

   Me voici à nouveau dans les restaurants, à croire que j'y ai passé toutes mes escales extrême-orientales. Je fais un petit saut à Penang, en Malaisie et je vais déjeuner d'un steam boat, sorte de fondue chinoise. Le récipient circulaire qui contient un bouillon est traversée par la cheminée du feu de braises qui le tient au chaud. Cela confère à l'ensemble une vague ressemblance avec une chaloupe à vapeur. Dans le bouillon il faut faire cuire le poisson, la viande, les légumes et même les oeufs et saisir des oeufs... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2008

A NOUS LES PETITES ANGLAISES...

    Une tâche importante m'était confiée lors des escales à Singapour : recruter des nurses du British Military Hospital (B.M.H) afin d'organiser des soirées à bord. Alors depuis l'unique téléphone qui reliait le bord à la terre, au milieu du vacarme des treuils et des cris des dockers car l'appareil était situé sur le pont à proximité de la coupée, je composais le 642161, extension 226 ou 289 ( oui, oui, vous pouvez essayer, ce sont les vrais numéros, quoique, depuis le temps...) et demandais Ann ou Victoria.... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 17:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 février 2008

CLEMENCEAU AVENUE, SINGAPOUR.

   Je ne retrouve ni le nom ni la carte de ce restaurant chinois de Clemenceau Avenue - qui donne sur Orchard Road -, à Singapour. La nourriture y était étonnante. Certains clients aussi, comme ce soir là où il y avait deux tablées rondes occupées par des familles chinoises : celle des hommes, ronds eux aussi, mangeant au cognac, crachant par terre, suant, rotant. Et celle de leurs épouses, fraîches et fragiles dans leurs "robes du dimanche", picorant délicatement, buvant du thé et parlant bas.Avaient-elles... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 17:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 février 2008

SIHANOUKVILLE, CAMBODGE.

  Où sont elles ces filles aux corps minces et souples qui peuplaient, le soir venu, les dancings de la Place du Marché, à Sihanoukville : ont-elles eu le temps de devenir des grand-mères à la peau usée par le soleil ou se sont-elles évanouies dans le Nacht und Nebel jaune sorti de l'imagination hystérique de Pol-Pot ?   Nous montions les voir le soir venu depuis le port, empruntant une de ces carrioles tirées par des motos et qui, à travers la forêt, nous amenaient jusqu'à la ville. La rusticité du transport nous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Escaillas à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]