lord_jim

Par une matinée ensoleillée, dans le banal décor
d'une
rade d'Orient, je l'ai vu passer, émouvant, signicatif, sous un
nuage, parfaitement silencieux. Et c'est bien ainsi qu'il devait être.
C'était à moi, avec toute la sympathie dont j'étais capable, à cher-
  cher les mots adéquats à son attitude. C'était "l'un des nôtres".      

Joseph Conrad . Juin 1917.

Conrad avait donc croisé celui qui allait devenir son modèle pour le Jim du Patna. Cet aveu tardif n'apparait que dans l'édition de 1917 soit dix-sept ans après la première parution de Lord Jim, en 1900.

Le 18 juillet 1880 le S/S Jeddah, capitaine Clark, de la Singapore Steamship Company, quittait Singapour à destination de Penang où il embarquait 953 pélerins à destination de La Mecque.
A l'entrée du golfe d'Aden une violente tempête avait mis à mal le vieux navire : les chaudières arrachées de leurs berceaux et l'eau qui avait envahi la salle des machines avaient fait du Jeddah
  une épave à la dérive. Le capitaine estima que son navire était perdu mais les embarcations de sauvetage étaient en nombre insuffisant. Durant la nuit il fit armer une chaloupe et y embarqua en compagnie de son épouse, du chef mécanicien et de quelques membres de l'équipage. S'apercevant de cette fuite les passagers tentèrent de couler l'embarcation et jetèrent par dessus bord le second capitaine qui s'opposait à eux mais qui se laissa faire violence et fut très heureux d'être récupéré par l'embarcation des fuyards qui s'éloigna dans la nuit. Récupérés par le S/S Scintia ils atteignirent Aden trois jours plus tard. Là ils déclarèrent aux autorités maritimes que le Jeddah avait sombré dans la tempête avec tous ses passagers.
La surprise fut grande lorsque le lendemain on vit paraître le Jeddah à la remorque du S/S Antenor de la Holt Line qui avait trouvé l'épave dérivant au large de Gardafui.
Les officiers du Jeddah furent traduits devant un tribunal maritime. La sentence fut extrêmement clémente : le capitaine Clark vit son brevet suspendu pour une période de trois ans et le second capitaine reçut un blâme. Beaucoup, dans le monde maritime, d'Aden à Singapour et de Hong-Kong à Londres y virent une parodie de justice et dénoncèrent le jugement.

battery_road_singapour
Singapour. Battery Road.

L'affaire fit grand bruit à Singapour et il est étonnant que vingt ans plus tard, lorsque Conrad fît paraître Lord Jim, personne ne rapprocha le drame réel du Jeddah et celui, romancé, du Patna : la première partie de l'ouvrage, à quelques modifications près, est en effet le reflet de l'histoire du Jeddah. Peut-être que personne à Singapour n'avait lu le roman de Conrad. Il faut dire que la critique littéraire locale n'incitait guère à cette lecture. En témoigne cet extrait paru en 1900 dans un   journal local et relevé par Gavin Young dans son ouvrage "Les fantômes de Joseph Conrad" :
"La lecture d'un roman est une perte de temps mais, pour ceux qui peuvent se le permettre, Lord Jim est un roman dont l'intrigue se déroule en Malaisie; son héros, Tuan Jim, est un specimen peu attrayant de petit blanc ...".

cavenagh_bridge_singapour

Cavenagh bridge. Singapour. Photo Wikipedia

A cette époque l'ancien second du Jeddah vivait et travaillait à Singapour et peut-être bien qu'il n'avait pas non plus pris connaissance de l'ouvrage de Conrad.
Et pourtant ils se connaissaient Conrad et lui. Lui, George Augustine Podmore Williams, dit Austin Williams, Capitaine au Long cours, qui avait inspiré à Conrad la première partie du roman, "l'affaire" du Patna et de Jim, Jim le couard, Jim la honte de la Marine Marchande britannique. Si Austin avait lu le roman il aurait appris que Jim était, comme lui, fils de pasteur ; que la peur lui avait fait quitter le navire comme elle l'avait fait pour lui même ; et qu'enfin Jim était devenu courtier maritime, tout comme Austin.
Oui, Austin Williams était revenu à Singapour et travaillait comme assistant chez McAlister & C°, shipchandlers et courtiers maritimes installés à l'angle de Battery Road et de Flint street, à proximité de Cavenagh bridge et de la rivière de Singapour.

plan_singapour

Durant les années 1880, que ce soit en tant que second du vapeur Vidar ou capitaine du voilier Otago, Conrad fit de nombreuses et longues escales à Singapour et y fit la connaissance de "Jim" Austin Williams. Il le rencontra probablement alors qu'Austin exerçait ses activités de courtier mais aussi chez Emmerson's, le restaurant situé à côté des bureaux de McAlister et "cantine" de tout ce monde d'agents, de courtiers, de shipchandlers ou encore de capitaines et d'officiers de navires mouillés sur rade. Emmerson était arrivé à Singapour dans les années 1860...avec un diplome de vétérinaire. Il s'était rapidement reconverti dans la restauration et l'hôtellerie. Ses tiffins et ses plats du jour avaient bonne réputation et les affaires d'Emmerson, qu'on appelait "colonel" (pourquoi ?), étaient florissantes.
La clientèle était parfois flamboyante, comme ce capitaine William Lingard qui, avec ses goëlettes, faisait la liaison entre Singapour, Sumatra et Bornéo. Personnage extraordinaire qui n'hésitait pas à donner la chasse aux pirates qui infestaient (déjà) les eaux du détroit : ces derniers l'avaient d'ailleurs respectueusement surnommé Rajah Laut, le roi des mers. Conrad fera sa connaissance en 1884.

Lingard
Capt. William Lingard.Photo conrad-center.w.interia.pl

Et aussi l'incroyable Austin Williams qui bravait le regard désapprobateur de ce petit monde maritime, portait son déshonneur avec courage et cherchait à regagner la respectabilité. Grand, les yeux bleus, toujours impeccablement habillé de blanc, il arrivait chez Emmerson's, débarquant de Johnston Pier après avoir démarché les capitaines des navires sur rade ou qu'il allait chercher très loin en mer pour être le premier à proposer ses services. Là il prenait place au milieu des autres, souriant et lointain.

johnstons_pier_singapour
Johnston pier, Singapour

C'était le Jim de la première partie du roman de Conrad. Il finira sa vie à Singapour, marié et père de famille nombreuse. Gavin Young, déjà cité, a retrouvé sa tombe dans le cimetière désaffecté de Bidadari :
"Une partie (du cimetière)
semblait n'avoir jamais été utilisée, que ce soit pour des tombes ou pour autre chose. Fait pour le moins étrange à Singapour quand on sait qu'il suffit d'y laisser un endroit quelques instants sans surveillance pour qu'aussitôt l'on voit s'y ériger un bâtiment, un simple arrêt de bus ou un centre commercial de dix étages...
Et soudain le miracle s'accomplit. Là sous la poussière, les herbes hautes et les feuilles éparses reposait Lord Jim".

Augustine Podmore Williams
né le 22 mai 1852
décédé le 17 avril 1916
"Que ta volonté soit faite"

A suivre, prochainement : Lord Jim, la rédemption.

Bibliographie
Joseph Conrad. Lord Jim.
Joseph Conrad. La Folie Almayer.
Gavin Young. Les fantômes de Joseph Conrad. Voyageurs Payot.
http://conrad-center.W.interia.pl
 

collyer_quai_singapour

Et toujours : http://debarcaderes.over-blog.com/